Philémon Barbier - Fort Nieulay - À l'Ouest, les oubliés
     

Philémon Barbier - Fort Nieulay - À l'Ouest, les oubliés

Loin de l’image d’Épinal du bastion anglais, le quartier du Fort Nieulay est l’un des plus défavorisés de la ville de Calais. Avec près de 6 000 habitants, le chômage y atteint presque 15% (avant la crise de la COVID 19). En 2014, il a été placé sur la liste des quartiers prioritaires.
En son cœur, la cité Constantine était moderne dans les années 1960 mais semble depuis plusieurs années être passée sous les radars. Le poids du temps se fait sentir et de nombreux habitants ont l’impression d’être délaissés par les pouvoirs publics. On me décrit pourtant le quartier comme familial et dynamique grâce à différentes associations et aux résidents qui travaillent à le faire vivre. On me parle aussi du fort esprit de solidarité qui s’est développé entre les habitants. Après un premier contact souvent réservé, l’accueil est toujours chaleureux.

L’État, la mairie et la communauté d’Agglomération du Calaisis ont lancé le projet NPRU (Nouveau programme de renouvellement urbain) qui a pour vocation, à terme, de réhabiliter 384 logements et d’en détruire 152 autres grâce à un investissement de 55 millions d’euros.

À travers le quotidien de ses habitants et de ses différents acteurs, je souhaite comprendre et documenter comment les relations humaines structurent cette cité et comment son urbanisation peut influencer la vie de ses habitants.

Travail en cours réalisé à Calais depuis mars 2020.